Peter Mensch (Manager de Metallica) compare Youtube au diable.

 

Peter Mensch, dont la fonction de manager ne s’arrête pas qu’a Metallica, puisqu’il gère aussi la carrière de Muse et les Red Hot Chili Peppers, a comparé Youtube au diable et considère que la plate forme, appartenant a Google, rend la vie difficile aux musiciens.

Le point le plus important qu’il a exprimé concerne l’absence de revenus liés à Youtube, ou tout du moins la manque à gagner. Il reconnaît que certes, Youtube aide à la diffusion des artistes dans une certaine mesure mais que, puisque les artistes ne touchent absolument rien sur les visionnages de vidéos ou écoutes, alors à un moment, ça risque de poser de gros problèmes, ce qui est déjà le cas dans une certaine mesure.
Alors certes, il est possible de gagner de l’argent via la publicité mais le soucis reste le même : une énorme disparité existe entre le revenu issu de la publicité sur Youtube et le nombre de visionnages ou d’écoutes du clip. En somme, le revenu n’est pas dépendant du visionnage mais uniquement de la publicité, ce qui pose un problème majeur à Peter Mensch.

Si l’on reprend des estimations de l’IFPI, alors environ 1 milliards d’internautes génèrent environ 640 millions de dollars de chiffre d’affaire sur les plate forme de type Youtube alors que, dans le même temps, environ 70 millions d’inscrits sur les plates formes de streaming payantes généraient plus de 2 milliards de dollars. Forcement, on comprend mieux le problème, du point de vue des artistes.
Comme l’explique Mensch, il est difficile de faire payer les internautes pour des choses qu’ils peuvent obtenir gratuitement.

Revenons maintenant un peu en arrière, car ça n’est pas vraiment le coup d’essai de Metallica en la matière.

 

Metallica vs Napster (2000)

Metallica contre Napster

 

En l’an 2000, Metallica attaquait Napster, le pionnier du peer-to-peer, en insistant sur le fait que Napster ne respectait pas les lois sur le copywright entre autre. C’était, à l’époque, la première fois qu’un artiste majeur s’attaquait ouvertement à un acteur (majeur lui aussi à cette date) de l’Internet.

En mars 2001, la court rendait son verdict et obligeait Napster à mettre en place un filtre sous 72 heures, afin de supprimer toute présence de Metallica. Dans le cas où cette mesure n’aurait pas été respectée, alors Napster aurait du fermer.

Suite à ce jugement, d’autres artistes, tels que Dr. Dre, intentaient à leur tour une action en justice avec des conséquences similaires et la clôture de plus de 230 000 comptes.

Dépassé par les événements, le créateur de Napster, Shawn Fanning, du se résoudre a revendre Napster par la suite, pour un montant de 94 millions de dollars (on a vu pire hein:) ) à BMG.

 

 

La réponse de Robert Kyncl (Youtube)

De son coté, Robert Kyncl, chef de la direction des affaires chez Youtube, rétorque que les revenus issus de la plate forme, pour les artistes, dépendent aussi des accords entre l’artiste et leur label. Il avance comme argument que la violoniste Lindsey Stirling, par exemple, a généré un revenu, pour 2015 et lié a Youtube, de plus de 6 millions de dollars.

L’interprétation qui peut être faite de ses paroles est la suivante : « une utilisation optimale de Youtube afin d’en tirer le maximum de bénéfices passe par une adaptation à ce que propose Youtube, en plus des accords entre l’artiste et son label. »

Au final, la grande question serait plutôt de connaître l’intention de Metallica et de son manager Peter Mensch. S’il s’agit juste d’une affaire de gros sous (ce qui est très fortement le cas), on peut déjà deviner que des accords seront signés dans ce sens.
Si l’objectif est de lancer un Metallica VS Youtube (ou une forme de Napster 2), les répercussions pourraient être bien plus dommageables pour Youtube et, de facto, Google.

Affaire à suivre.

Laisser un commentaire